02/05/2012 15:27 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

Barça, la fin d'un cycle?

Dans le football comme dans la vie, tout est affaire de cycle. La nature nous le rappelle chaque année: éternel recommencement, et pourtant éternel émerveillement devant l'obstination du vivant à se renouveler.

Avec le départ de Pep Guardiola, le Barça met fin à quatre année de règne sans conteste sur l'Europe du football. Une souveraineté impressionnante autant par sa durée que par son panache.

Et maintenant, la fin? C'est probable, tant le charisme de Guardiola inculquait un supplément d'âme à cette équipe de Barcelone de tous les superlatifs.

Pas moins de 13 titres en quatre années, et peut-être un 14e après la finale de la Coupe du Roi le 25 mai face à Bilbao, que demander de plus? Les socios du Barça sont habitués au rythme effréné de leur équipe, leurs ambitions devront sans doute être revues à la baisse.

Quoique. Oui quoique, car le successeur de Pep Guardiola n'a pas été choisi par hasard ou par défaut. Tito Vilanova côtoie le sortant depuis ses débuts à la tête du Barça B, en 2007. Fidèle homme de l'ombre, il connait mieux que personne la cuisine interne de l'élite footballistique catalane.

Cela ne vous rappelle-t-il pas quelqu'un? Moi si. Un certain Heiko Vogel. Assistant du respecté Thorsten Fink, il avait été propulsé à la tête de la première équipe bâloise lors du départ de l'Allemand pour Hambourg. Personne ne le connaissait vraiment, et pourtant il a triomphé.

Pourquoi? Car il connaissait l'équipe, son fonctionnement et ses protagonistes, mieux que personne. Inconnu du grand public, il ne l'était pas de ses joueurs. Il avait leur confiance avant d'entrer en fonction, et il su la conserver après.

Comme quoi, miser sur la continuité, au détriment d'un grand nom pompeux, peut s'avérer payant. L'avenir dira si le Barça a fait le bon choix.

 

Les commentaires sont fermés.