08/10/2012 11:10 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

Jouez avec vos émotions

La Casa du Deportivo, un rien désuète, affiche déjà complet bien avant le début de la rencontre. La cuisine fulmine, débordée par l'effluve du temps qui passe et qui rapproche irrémédiablement de l'instant fatidique.

C'est le lot insupportable de l’avant-match: pression exponentielle de l'insaisissable instant, ou quand la cigarette qui se consume demeure le seul rapport concret à la temporalité. 

Puis, tout s’enchaîne bien trop vite. Le temps qui ne voulait pas avancer s’emballe sans crier gare. Madrilistes et Barcelonistes se rendent coup pour coup, façon Ronaldo et Messi. Quand l'un exulte, l'autre cherche du regard un vain réconfort au fond de son verre. La réciproque ne sera que plus exubérante, histoire d'envoyer la fierté du rival valdinguer, loin. Sa mine déconfite n'est-elle pas encore plus jouissive que le sain bonheur du vainqueur?

Au final, tout s'équilibre. Chaque camp a poussé le même nombre d'onomatopées provocantes, fumé le même nombre de cigarettes, et perdu le même nombre de cheveux. Faisant fi de toutes les prédispositions génétiques. 

Ronaldo et Messi se quittent dos à dos, Juan et Abel se quittent ventre à ventre, en claquant une dernière bise en guise de confiteor. Personne n'est vraiment content, personne n'est vraiment triste. Mais tous ont purgé leurs émotions. La catharsis du Clasico opère infailliblement sur celui qui ne craint pas de s'abandonner à ses transports.

 

Les commentaires sont fermés.