19/10/2012 14:54 | Lien permanent | Commentaires (0)

Du vomi sur la tête de Streller

Au gré de mes pérégrinations sur la Toile, je suis tombé sur cette charmante petite histoire. Asseyez-vous autour du feu mes enfants, je vais vous la conter.


Il était une fois l'entraîneur d'un sombre club de deuxième division départementale française qui avait perdu patience. Ses joueurs se présentaient constamment ivres morts sur la pelouse le dimanche après-midi. Un beau jour, épuisé par les excès de ses protégés, il choisit de claquer la porte. Ras le bol, fini de jouer, suffit.


«Sept de mes titulaires étaient bourrés, raconta le coach désespéré. Deux ou trois d’entre eux ont même dégueulé sur le terrain pendant l’échauffement, c’était n’importe quoi! Sur le banc, franchement, je devenais fou. Je voyais bien que les mecs avaient envie de faire des efforts, mais ils ne pouvaient pas courir.» Passé à tabac 5-0 par son adversaire du jour, le petit club voyait donc son mentor vider son casier dès le coup de sifflet final.


Cerise sur le baba au rhum, ce n'est autre que le président du club qui avait convié ses joueurs à la virée nocturne en question.


FIN


«Ah, voilà une belle histoire comme le football nous en réserve que trop rarement», me suis-je dit dans un premier temps, transporté par la poésie du moment.


Avant de remettre les pieds sur terre: «Quels petits joueurs ces pros! Quand ils sont de sortie, c'est trois jours avant un match, et on leur fait la morale. N'importe quoi!»


Et si Tintin mettait tous ses protégés à l'épreuve de la Williamine un samedi soir alors que les Sédunois ont rendez-vous le lendemain à 13h45 sur la pelouse du Parc St-Jacques?


Je verrais bien Dingsdag vomir sur la tête de Streller lors d'un duel aérien un peu trop viril. Pour sûr, les audiences dominicales de Teleclub prendraient l'ascenseur. Et les revenus sponsoring qui vont avec aussi. De quoi professionnaliser l’arbitrage en Suisse! Haut les cœurs? Haut-le-cœur.

Les commentaires sont fermés.