08/11/2012

I just can't get enough

Les chants des supporters anglo-saxons sont les meilleurs que la planète football puisse enfanter. D'abord parce qu'ils sont repris en chœur par toute l'assistance, tribune VIP comprise, ensuite parce qu'ils sont toujours librement inspirés par la noble école de la pop des îles britanniques.


A deux reprises hier soir le Celtic Park tout entier s'est fait une joie d'entonner le tube de Depeche Mode «I just can't get enough». Le synthé à la réverbe désenchantée a été remplacé par des onomatopées d'ivrogne, les paroles ont été customisée à la gloire du club catholique de Glasgow, mais la sémantique reste la même: «jamais, on en aura jamais assez».


Le Barça, pas dans un grand soir, s'est cassé les dents sur des Ecossais portés par tout un peuple. Le seul jeu des Catalans n'a - pour la première fois de la saison - pas fait le poids. Abnégation, courage, ténacité, rigueur: voilà des valeurs tout aussi nobles dans le football que la technique, la jouerie et la créativité. Lionel Messi et ses acolytes avaient pourtant été prévenus il y a deux semaines de cela, mais ils ont à nouveau trébuché sur le panache des Bhoys.


Dans la clameur d'un Celtic Park au paroxysme de la félicité, une étrange impression a envahi la chaleur de cette fraîche nuit de novembre. Comme si les joueurs du Barça, habitué au doux ronron du Camp Nou, en demandaient encore. Ah, Depeche Mode, quand tu nous tiens. Rod Stewart le sait mieux que personne.

11:20 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (1)